On marche ensemble jusqu’à ce qu’il y est la paix sur terre, pourquoi ?

mercredi 20 février 2008
par  RDEVolution
popularité : 12%

GIF - 94 ko

L’humanité à bel et bien pris la mauvaise direction, elle marche pour une industrie qui n’est pas celle du bonheur.
Si sur la table de ta cuisine on déposait le corps des ces enfants morts
pour ton silence et ton confort, peut-être, là, tu te rendrais compte que
la vie d’un enfant à plus d’odeur que ton argent.
Tu découvrira que le sang versé laisse plus de traces que ta journée de
boulot qui s’efface.
Rien qu’en Europe nous avons détruit 90% de notre biodiversité,
Sent ton divertissement,
Il y a un homme qui meurt ce soir sous ta fenêtre
Mange ton divertissement
Montée des eaux programmée
tu n’est pas rassasié, partie remise à demain. Tu combleras le trou avec
du pain et du porc et du veau avec des pommes de terre OGM rissolées ;
et une cuisse de poulet,
tu sais cet animal qui marche dans l’herbe, qu’on as mis dans des cages
sans soleil, nourriture, sexualité contrôlées.
tu manges les prisonniers du naturel que l’on a cru acheter.

C’est provocant, c’est confus.
Il faut quoi pour que la thèse te touche. Que je déconstruise, par une
argumentation qui emploierait des mots compliqués, la théorie de la main
invisible du marché.
Tu marches pour un système, sait-tu au moins qui en tiens les reines ?

Tu dis de toutes façon c’est des bandits, çà sent la magouille et
compagnie qui se fiche des petites gens comme nous.

Tu te rends compte que si tu vois cela alors tu sais que tes dirigeants
se sont ceux qui trafic les armes, la drogue, la vie des gens.

Tu n’est pas responsable,
oui, çà on sait

alors d’autres pour toi s’en charge,
oui, çà on les connaît

Tu es juste responsable de ta déresponsabilisation
responsable de ne jamais répondre car tu te crois grain de sable,
Tu ne prend de responsabilités que pour choisir tes vacances pour oublier,
ton programme télé. Télévision, Tel(le) est la vie si on, est spectateur
de l’histoire plutôt qu’acteur de ses valeurs.

Des valeurs ?...c’est quoi...?

Si vraiment tu écoutais ce que tu ressents,...oh !...Tu ferais quoi si t’étais
vivant ?

Nous somme la génération bercée d’illusions amenant à l’autodestruction.

En nous nous avons à la fois la capacité au nihilisme total, donc à
s’endormir sur le champ d’expériences que propose le jeu : "Vivre",
mais également la faculté au réveil brutal et enragé pour une cause, prêt
à mourir si on touche à "nos" enfants, si "on" se fait virer comme une
marchandise, si "notre" maison brûle...

On est des fous, des malades mentaux, nous les bourgeois occidentaux,
On mange plus que l’on crée, et quand on crée c’est pour engendrer une
dispute, un conflit, une guerre, la fin nucléaire.

Nos remerciement les plus sincères.

Vous voulez être les inconscients,

Alors nous seront ces enfants en Marche pour le Vivant

et plus tu auras peur,
et plus nous nous ouvrirons

et plus tu te réfugieras dans le matériel,
et plus nous nous allègerons et plus
grandes seront nos ailes

Parce que tu ne veux pas comme réalité des villes béton-plastique où les
gens croisent leur regard, sans oser parler vrai, vêtus de gris ou de
noir, parce que ta fille de douze ans s’habille comme une pute, parce
que tu sais pas dire je t’aime et parce que les enfants veulent de
l’amour et alors ils tombent dans les travers d’une société qui leur dit
comment faut être fait pour recevoir de l’amour, et toi tu leur donnes
aucun repère car 90% de tes relations avec une personne du sexe vers
lequel t’est attiré c’est que de la malsaine séduction.
Tu croyais qu’on comprenait pas tes regards ?

Nous serons une famille en marche et cette fois-ci sans tabous, ni secrets
de famille. Nous trancherons le faux, l’inconscience, la séduction comme
refuge de notre inassurance ; grâce à la communication, à l’échange
circulaire où tout le monde s’exprime et tout le monde écoute l’autre.
Pas de système figé mais un jeu qui évolue, parce que tout change.
Une fluidité qui fera que l’aventure ne s’écroule pas face à la tempête,
parce qu’elle est juste.

Ce jeu construit par nos rêves, réceptacle de l’inconscient collectif,
nous embarque dans une voie inconnue, celle du collectif, de la couleur,
de la musique, de la solidarité, du partage.

Comment ça de vrais sages, mais non sur notre passage tu diras :
bizarre,...une secte, des clochards, des doux rêveurs, des krishnas, des
télétubies, les rois mages, bioman...

Il n’y aura pas assez de mots pour que si réfugie tes peurs.

On attendra pas que tu trouves ces valeurs normales pour que pour nous
elles soient vitales.

Si tu nous croises tu n’auras que dire que se sont nos enfants qui
marchent pour le vivant.

GIF - 3.9 ko

Uto

--------------------------------------------------------------------------------------

Nous voulons vivre libre :
Nous nous sommes mis en marche ; sans argent et sans savoir où nous allions poser le camps.

Nous voulons aller jusqu’au bout, expérimenter la grande aventure en passant les murs de ce qui est dit « impossible » :
Nous avons continué ensemble après la marche du vivant.

Nous voulons que notre vie soit un grand spectacle :
Nous marchons en arc-en-ciel avec nos charrettes de couleurs, nos outils de musique et de jeux, nos costumes et notre maison magique.

Nous voulons être grand et fort et cela n’arrive pas sans grands efforts.

Etre en couleur au milieu de noir et du gris avec des amis qui deviennent petit à petit une famille sur les routes ; tirer nos charrettes sous la pluie, le soleil cela chasse le doute et ça vide la tête « ouf chouette ».

Bientôt cette magie en marche sera permanente car notre évolution devient évidente.
Nous sommes libre de marcher, rêver, jouer, innover, respirer et si c’est pas nous alors c’est qui qui le fait ?

Alexis


Part Age

C’est la résonance de nos pas qui a forgé notre identité. Tous différents, tous uniques. Des petits pas légers pour effleurer la terre, des pas denses de grands vivants, de grands enfants en quête de vie. Ici l ‘âge n’a pas de sens seulement le plaisir d’être ensemble.
Ensemble devant la police au petit matin.
Ensemble sous la pluie protégée par nos parapluies.
Unis dans l’effort pour monter ces côtes interminables.
Unis arrivés en haut bouche béante devant le spectacle de la vie.
Ce n’était pas un rêve ce n’est pas un rêve.

Elise


Et oui, qu’est-ce que je fais de mon expérience matérielle ? Vais-je transcender, explorer, ou me contenter ? Et pourquoi ne pas repousser les limites et faire ce qui n’a jamais été fait.
Comment faire pour ne plus jamais regarder les fous de la même façon ? Ecrire et parler à chacun comme à une partie de soi-même. Expliquer aux enfants ce que l’on rêve. Ecouter la terre et les animaux. Comment faire pour être vivant et recommencer à poser les questions qui nous font vibrer ?
Mon choix est fait, j’ai décidé que c’est maintenant que l’humain, en commençant par moi, va retrouver ces racines. Alors donc toute cette crasse n’aura pas servi à rien, et chaque jour pourra être nouveau.
J’observe, je m’observe, j’expérimente. Je sait que chacun de mes actes sert ou dessert le grand rêve de l’humanité. Je me dis sois vrai et tout sera plus simple. Et toucher du doigt ne me suffit plus, je veux embrasser et ne plus lâcher.
Voilà ce que ça peut faire de marcher ensemble. Prendre le temps de voir la réalité de l’humain en face. L’humain qui nie, détruit, et brûle le rêve même de son propre enfant. L’humain qui est capable de toucher l’essence et de le nier le lendemain. L’humain perdu dans sa foi et son bonheur. L’humain qui crache même sur son propre cœur. Tout ça je lai vu en moi, je l’ai vu en nous et mes larmes coulent quand je vois que parfois je l’entretiens encore. Et je rêve de le quitter à tout jamais, de pouvoir laisser un jour toutes ces larmes couler. De me donner tout l’amour auquel j’ai droit. De voir en chacun qu’il est prêt à assumer ce pour quoi il est né.

Antoine


La marche d’une vie

Que je sois au fond de l’Abitibi, à
Montréal , en Espagne ou en France j’ai en tête de jouer et de faire rêver. Ma
passion m’illumine et me guide. J’ai l’impression d’être l’enfant qui suit sa mère
aveuglément car il sais qu’elle ne
le laisseras jamais tomber. Qu’importe la route que je prend, elle est
parsemer, entouré, dévorée par la grandeur du spectacle, ma tête n’est que
concept artistique et folie du grandiose. Comment vivre sans écouter c’est échos
qui résonnent en moi, si je les nie
ils chante plus fort et me donne
l’impression qu’il ne sont pas de moi mais du monde entier. J’entend joue, joue,
joue de tous, sans
prétexte et préavis chante, danse et
joue ta vie. Comment être plus disponible a mon évolution personnel et a faire
une différence autour de moi si ce n’est par le spectacle. Le monde entier est
une scène sur laquelle nous jouons nos vies. Il est si triste de voir que ce
n’est pas toujours a fond. Je veux, moi,
être inspiré par ma vie et par ses créations, voir la magie dans toutes choses
pour le simple plaisir et sans superflue. Je veux être une source d’amour de
courage et de puissance. Je désir toucher, émouvoir et inspirer sans avoir
besoin de dire un mot, par ma seule présence. La couleur d’une vie, être un
spectacle vivant et vibrant d’humanité. C’est la mission qui inspire et transcende
ma personne. J’ai un
zèle du jeu et du spectacle qui ne peux que s’extérioriser ! J’ai approché la
vie comme étant un jeu grandiose pour lequel l’ont se doit de se laisser aller
et d ‘oublier son orgueil. Il n’y a plus de limite physique et
raisonnable. C’est moi qui choisie ou m’arrêter et lorsque c’est le
cas, je n’ai qu’a écouté ce que ma tête dit pour comprendre que c’est la
peur qui s’exprime, un simple et efficace moyen de défense contre ma puissance.
J’écoute alors mon cœur et me revoilà libre.
L’effort est grand pour dépasser la facilité de la somnolence mais la satisfaction
ressentie le vaux
milles fois !

Avec amour puissant guerriers !
Cassandre


En route
Sur les cicatrices de la Terre
Cette fois nous partons
Sans fusils ni drapeaux
Cette fois nous ne partons pas en guerre
Et pourtant...
Une bombe est bien sur le point d’exploser
Pourtant...
A pied on a le temps de voir les paysages sales et défaits
Pourtant … Nous sommes des guerriers.

Moi qui m’imaginais faisant sauter la tête de ceux qui tuent la planète
Je me retrouve à marcher face à face avec ma haine
Et cette fois je ne suis pas seule.
Si j’avais su que la rage que je vois dans vos yeux c’était la mienne
J’aurai pas attendu tout ce temps pour vous regarder comme étant mes
semblables

Un pas, puis un autre, encore un autre
Et petit à petit un chemin se trace la ou il n’y avait rien

Un pas puis un autre et encore un autre
Petit à petit la lourdeur disparaît
Joyeux enfants sautillant sur le chemin du bonheur
Avec leurs charrettes et leurs couleurs

Un pas puis un autre et encore un autre
Un doute qui s’envole
Une peur qui disparaît
Des larmes trop longtemps retenues que l’on peut enfin laisser couler.

Un pas puis un autre et encore un autre
Un sourire se dessine
Une lueur s’allume dans nos yeux
La vie renaît dans nos vieilles carcasses rouillées

On ne tombe plus de haut quand on a les pieds sur Terre

Un pas puis un autre et encore un autre
Nous sommes bien peu de choses

Et pourtant je sais au fond de moi
Que nos pas résonnent sur toute la Terre
Que nos rires volent jusqu’aux enfants qui pleurent
Et que si la vie est une grande toile et que tout est lié
Alors c’est important de marcher.

Alexia


"Un arc en ciel, c’est un pont entre les mondes, entre le Ciel et la
Terre, entre la Pluie et le Soleil. Voilà notre action, notre création,
faire le pont entre cet "Ancien Monde" dans lequel nous avons grandi et un
nouveau, issu des Rêves, où l’on peut vivre ensemble dans l’Amour et sans
peur. Si on croit en ses rêves, alors l’âme agit."

Guillaume



Pour voir les images qui illustrent ces propos

Portfolio

GIF - 20.3 ko