Transmission d’Alexis

lundi 9 juillet 2007
par  RDEVolution
popularité : 4%

Après l’expérience de la première marche, nous avons décidé de nous réunir à la Maison du Pont. Nous étions une vingtaine d’enfants motivés pour continuer ensemble.
Alors on as mis en place un grand jeu.
Le premier jour, tous en rouge nous pouvions donc ranger ce qu’il y avait à ranger en rouge, nous avons peint ce qu’il y avait à peindre en rouge et grâce au don de graines de l’association Kokopelli nous avons semé le jardin rouge, le deuxième jour nous nous sommes tous mis en orange et ainsi de suite jusqu’au jardin arc-en-ciel. Nous avons donc semé un grand jardin en permaculture et en couleur en seulement une semaine. Puis le 4 juin nous nous sommes mis en marche pour la fête de la paix. Nous avions 7 charrettes du futur, une noir et blanche, une rouge…Violet.

Cette marche était donc plus petite, moins de personnes, moins de kilomètre en tout, moins de matériel (juste le zome 7 et une marmite à tisane). Mais pour nous c’était une grande marche. Oui, une grande marche, car nous étions tous en couleurs et que chacun à pu trouver sa place et apprendre à mieux se connaître. Nous posions le camp où nous voulions sans vraiment demander l’autorisation et nous n’avons jamais eu de problèmes. Nous marchions donc tous les jours entre 20 et 30 kilomètres en tirant nos petites charrettes sous la tempête et les averses au début puis sous le soleil dans la montagne et notre corps l’a bien sentis. En effet moi qui n’est jamais eu mal aux jambes sur la première marche j’en ai beaucoup souffert sur la deuxième et je n’étais pas le seul. Les seuls problèmes rencontrés fût le manque de communication et la nourriture avec la peur de manquer ou d’en avoir moins que les autres.
Nous savions déjà que nous ne pouvions pas manquer de nourriture en France dû à tout ce qui est jeté. C’était donc l’abondance alimentaire.
Pour remédier à ces problèmes nous avons posé un cercle de guérison musicale où chacun pouvait improvisé en chantant et de là nous avons dynamisé un jeûne.
Nous étions trois au début, puis sur la fin de la marche nous étions pratiquement tous en jeûne.
Nous sommes donc arrivé à la fête de la paix en jeûne, ce qui nous à permis de mettre la priorité non pas sur la nourriture mais sur nos priorité, c’est à dire diffusé le message du vivant et monter une beau camps , agréable et accueillant comme on sait le faire, avec la yourte transformé en temple arc-en-ciel.
Nous avons joué notre spectacle : « le Kibbich », nous sommes tous partis de notre camps habillé en noir pour arriver jusqu’au feu central de l’événement où nous avons poussé notre cris de libération et l’ arc-en-ciel est apparus.

Le message est bien passé puis nous sommes partis pour Chamrousse au festival de la terre.
Là-bas l’équipe étant très humaine nous avons été très bien accueillis. Nous étions au service, nous avons joué, vendus des tickets, ranger et joué.
Nous avons même pu appeler le soleil pendant une averse avec les Boliviens qui nous ont fais vibrer avec leur grande flûte de pan, et le soleil est apparus.
Nous avons chanté pour le Ciel, la Terre, l’ouverture du cœur et la liberté avec les Maoris. Des grandes parades arc-en-ciel, musicales sont apparus et nous avons joué le spectacle du « noir et blanc », grandeur nature dans la montagne.
Tout le monde était donc très content, bref l’arc-en-ciel est en marche, les enfants de la Terre veulent œuvrer et personne ne pourra plus les arrêter car on attrape pas un arc-en-ciel.